Plongez-vous dans l’ère Edo, au cœur de la capitale et choisissez votre style de vie.
 

 :: Edo :: Mibu :: Shimabara Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

In a heartbeat... [PV Aya]

avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 18
Localisation : Mibu
The Red Wolf
Voir le profil de l'utilisateur




Fugaku Usui
The Red Wolf
Sam 19 Nov - 1:27
In a heartbeat..

Un ciel bleu, sans aucun nuage et éclairé par un soleil éblouissant ; c’est la première chose que vit Fugaku en regardant par la fenêtre ce matin-là. Il s’étira en baillant, regrettant les heures de sommeil qu’il avait perdues en travaillant tard le soir la veille. En effet, une patrouille de nuit avec été organisée pour certains membres du Shinsengumi, la milice de samouraïs dans laquelle il travaillait. Refuser la mission étant interdit, il avait été contraint d’y participer avec une dizaine d’hommes pour l’accompagner. Les rues d’Edo avaient été calmes cette nuit-là, ce qui rendit la tâche encore plus ennuyeuse pour l’escouade des Loups de Mibu. Ils étaient rentrés sans combat, sans altercation et étonnamment sans aucune insulte. C’est ainsi qu’il se retrouvait debout, devant la fenêtre à observer le soleil qui éblouissait ses pupilles dorées, le faisant plisser les yeux.  De larges cernes étaient ancrées sous ses deux yeux. Il prit une douche rapide et s’habilla, ne souhaitant pas passer sa matinée de repos au fond de son futon puis se dirigea vers la cuisine et fit cuire un peu de riz qu’il avala à tire-d’aile.
Fugaku avait aussitôt quitté son domicile pour se rendre au quartier commerçant où il devait récupérer son haori bleu-ciel chez un couturier. L’uniforme emblématique du Shinsengumi avait été endommagé lors d’un combat. Fugaku s’en était sorti indemne, en partie grâce à la largeur du vêtement qui avait induit en erreur l’ennemi. Il arriva sans encombres dans la modeste boutique du vieillard qu’il paya en récupérant son bien.  En sortant, il ne put que constater le changement de comportement des passants, qui s’étaient mis à le dévisager et à chuchoter des injures en apercevant le tissu bleu ciel dans ses bras. Il ne broncha pas et garda le sourire, étant habitué à ce genre de traitement. Le groupe était en effet mal vu, étant connu pour perturber l’harmonie de la ville en procédant à des arrestations et en créant des combats de rue.
Son après-midi dans la milice fut consacré à l’entrainement des nouvelles recrues. Il s’agissait de l’une de ses tâches préférées puisqu’il était au contact d’autres hommes. Il pouvait leur transmettre son savoir, leur en apprendre plus au sujet du Bushido… C’était un jeune homme très sociable, travailler seul ne l’intéressait pas. Les seuls moments pendants lesquels il se retrouvait seul étaient lorsqu’il restait chez lui. Il n’avait pas de conjoint ni d’enfant, autrement dit tout ce qui aurait pu le combler. Le samouraï n’avait jamais eu de difficulté pour séduire les femmes, ni les hommes d’ailleurs ; il n’avait simplement pas trouvé la perle rare.
Le soir, afin de se détendre un petit peu après l’entrainement, il décida de se rendre à Shimabara, la maison de thé se situant près de son logement. Il était préférable de ne pas trop s’éloigner de Mibu car, étant un grand amateur d’alcool il pourrait avoir des difficultés à retrouver son chemin en cas d’abus. Il poussa les portes du grand bâtiment et y fit quelques pas, saluant d’un hochement de tête le propriétaire qu’il connaissait bien, du fait de sa présence régulière dans la maison. On lui donna une pièce dans laquelle il se rendit et s’installa, laissant le shoji entrouvert.
   

ft. Ayanami K. Testsuya
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 14/11/2016
Age : 20
Localisation : En dessous de vous Q.Q
Geisha
Lun 21 Nov - 20:49
In a heartbeat...
ft. Fugaku Usui
Le jour venait de se lever. C’était pour moi le moment de me réveiller. Je me relevais dans mon futon, regardant autour de moi. Comme d’habitude, ma chambre était parfaitement rangée. Je me levais, rangeant mon futon avant de me placer à genoux devant mon miroir. Ma suivante avait défait ma coiffure hier soir, car je devais aller chez le coiffeur aujourd’hui. Ma crinière était donc châtain clair. Je la coiffais en une queue de cheval, avant de me maquiller, à la mode comme d’habitude. Enfin, ma suivante arriva pour m’habiller, m’aidant à mettre une combinaison, puis les nombreux tissus qui allaient sous le kimono somptueux qu’elle me passa et m’attacha, nouant mon obi en un gros nœud dans le dos.

Je me mis ensuite en route, dans les rues de la ville, pour aller au coiffeur. Il teignit ma chevelure en noir, comme d’habitude, et la coiffa, de la traditionnelle coiffure des geishas.

Je le payais et ressorti. Ma journée fut des plus simples. Je retournais à l’okiya pour recouvrir mon visage de blanc grâce à de la poudre de riz, maquillant mes yeux, dessinant mes sourcils, et peignant mes lèvres de rouge. J’étais à nouveau caché derrière mon masque blanc de geisha. Je changeais de tenue, puis parti assister à un match de sumo avec deux de mes clients habituels. Je restais tout de même gêné et timide, mais comme d’habitude, j’arrivais à contrôler mes larmes.

Je revenais en fin d’après-midi à l’okiya, refaisant mon maquillage et vêtissant encore une autre tenue pour ce soir. Avant de sortir, une servante vint faire des étincelles derrière mon dos sur le seuil de l’okiya, afin de me porter chance. Je sortais ensuite, allant à la maison de thé Shimabara. Le propriétaire m’avait fait appeler pour distraire un samouraï.

Je saluais le propriétaire, enlevant mes chaussures pendant qu’une servante prenait mon manteau. L’hiver était rude et froid ces derniers temps. Le propriétaire m’accompagna devant la salle où m’attendait le samouraï. Je tremblais, j’étais inquiet, timide… je n’osais pas passer la porte, et pourtant je le fis, avec du saké, en respectant tous les usages, venant m’assoir aux côtés du samouraï. Je lui servais du saké. A part les politesses habituelles dont j’avais fait preuve en entrant et en venant à ses côtés, j’étais trop timide pour engager une conversation… trop intimidé. Je me dévalorisais déjà. J’avais peur de le décevoir, j’en tremblais… Je regardais le samouraï à la dérobée, l’admirant. C’était un homme magnifique… Comment pouvais-je me trouver à ses côté et bien le distraire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
In a heartbeat... [PV Aya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jessy Heartbeat [ la perfection même ]
» Heartbeat, just like a first time • Joshey
» in the dark I can hear your heartbeat › milan
» DAWN の I need a heartbeat
» nalà ~ this is my heartbeat song.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EDO, l'ère des samouraïs :: Edo :: Mibu :: Shimabara-
Sauter vers: